Salut à tous, je me décide enfin à publier le compte rendu Du Transition Covert que j'ai rédigé à la fin de la saison,
bonne lecture, j'espère que ce test vous donnera envie d'essayer ce super bike ;)

1/ Mise en situation

J'ai roulé toute cette saison d'enduro avec un Transition Covert v2 (depuis décembre dernier).

Je l'ai d'abord testé de décembre à mai dans des conditions typées all-mountain avec mes entrainements chez moi, en Provence et des enduros de type rallye dans la région PACA ( Offroad, 1001 enduro tour, Riderz cup, etc …).

Ensuite depuis mai avec l'ouverture des stations et la saison d'enduro « engagée » en montagne je le teste dans des conditions vraiment exigeantes techniquement.

Je mesure 1m80 et mon cadre est en taille M avec une potence de 40 mm, idéal pour avoir une bonne maniabilité tout en gardant de la stabilité sous le coude. Niveau amortissement je l'ai monté avec une FOX 36 Van R et un amortisseur FOX DHX 5 air. Le débattement arrière est d'un peu plus de 150 mm de débattement et est prévu pour une fourche de 160 mm.

Le reste du montage est détaillé plus précisément ici : http://transitionfrance.canalblog.com/archives/2010/02/19/16968654.html#comments

 

photo_1

2/ All-mountain en provence

Tout d'abord voyons ma définition du All-mountain pour éviter les ambiguïtés ! Pour moi All-mountain c'est monter à son rythme tranquillement dans des parcours vallonnés pour atteindre des descentes sur des singles techniques naturels où on peut envoyer la sauce !!

Mes sorties allaient du petit 10 kilomètre pour faire une descente particulière à la bonne rando de 40 bornes et beaucoup de D+ pour autant de D- . 

 

Le Covert s'est montré directement facile en montée. Avec une bonne position pour pédaler et une excellente motricité, aucune montée ne s'est montrée insurmontable tant que l'on a toujours la forme. Il s'est montré avoir une bonne capacité a économiser les forces quand on trouve un bon rythme de croisière. Bien entendu si l'on souhaite faire des performances sur de longues montées, le Covert n'est pas adapté mais ce n'est pas dans le programme d'un vélo d'enduro.

Quand on arrive en haut de son single préféré en ne s'étant pas trop cramé sur la montée c'est un bon point ! Surtout dans le sud où les descentes sont souvent techniques, cassantes et avec une adhérence très aléatoire quand il n'a pas plu de plusieurs jours. Concentrons nous maintenant sur la descente. Le Covert est assez radical dans ce domaine, debout on a une position  sur l'avant qui donne l'impression d'être sur un DH. Impression presque confirmée quand on attaque la pente. La position sur l'avant qui peut paraître déroutante pour certains donne une maniabilité extrêmement facile et l'amortissement du vélo très sensible m'a fait croire avoir plus de 150 mm de débattement !  De plus, le cadre étant très rigide , le vélo devient précis dans les trajectoires. Seul point faible, les erreurs de trajectoires en sont d'autant plus dures à rattraper. Malgré ça, on se retrouve sur un bike super fun qui incite à prendre les lignes les plus audacieuses et s'envoler sur n'importe quel saut que les roues croiseront !!!

photo_2

 

Pour les enduros de type rallye j'ai eu une arme impitoyable entre mes jambes durant la saison ( je vous voie venir, c'est sans sous-entendu ^^) . j'ai beaucoup apprécié son coté reposant dans les liaisons sur des courses comme celles du 1001 enduro tour où les liaisons sont vraiment costauds ! En descente place à l'explosivité avec un bike paré pour chasser la moindre petite seconde en lâchant les freins dans le défoncé, à tenir sa trajectoire (pour peu que ce soit la bonne) et bien entendu à mettre du style devant les photographes =).

photo_3

3/ Bienvenue en montagne

2 ème partie de saison, où j'ai pu tester le Covert sur des courses exigeantes mécaniquement comme les Enduro Series et sur des journée plus typé freeride/DH dans des stations comme Montgenevre, Les Orres, Orcières, Les Gets  etc...

Après ma première partie de saison je voulais pouvoir exploiter au maximum les limites mécaniques et techniques du vélo. Niveau mécanique tout est bon puisque malgré le traitement de choc que je lui est infligé je ne déplore à ce jour aucune fissure du cadre ou usure trop importante des roulements. Seul petit point négatif pour la peinture qui se raye facilement :s

Techniquement j'ai été étonné de la capacité du Covert. Des sauts et road gaps de 4 mètre passent à l'aise, les pistes de coupe de France de DH s'avalent sans fermer les yeux et aucun obstacle ne résiste à ce « petit » vélo qui pousse à venir jouer dans la cour des grands :p. Au niveau du pilotage il n'y a pas 2 choix, il faut mettre de la grosse attaque ! Se balancer dans les appuis à mach 12, se satelliser sur les sauts et lâcher les freins dans les lignes droites bien défoncés voilà ce qu'aime le Covert, du pilotage agressif !! Seul regret, au niveau des roues il arrive fréquemment de devoir dévoiler ou pleurer sur les nombreux pocs à chaque sortie à cause de s'être laissé emporter par le caractère du bike et d'avoir oublier la finesse dans le pilotage ^^ .

photo_4

 

Quand arrive le temps des courses d'enduros engagées en station, bien évidemment le vélo est à son aise si on arrive à se maitriser et à garder une finesse dans le pilotage qui permet d'arriver au bout du week-end entier. Son engagement en descente et sa motricité sont les atouts idéaux pour une course réussie car tant que vous en avez les jambes (et une transmission bien entretenue !) le Covert se montre très facile quand on s'adonne à la pratique des « sprints au plateau de 36 sur les coups de cul ». Autre gros point positif, l'avant est très léger, du coup les manuals et autre bunny-up permettant de passer les obstacles le plus rapidement possible deviennent une simple formalité.

Sur le chrono cet engagement se fait ressentir, il devient plus facile de se surpasser techniquement. Que vous visiez une place parmi les grands, à rentrer dans la première moitié du classement ou tout simplement à battre vos potes, le Covert est votre ami pour vous faciliter la tâche tout en prenant un maximum de fun !! Le Transition Covert, un produit dopant qui vous fait du bien … à méditer =) .

photo_5

4/Le Covert, roi de la polyvalence

Avec un poids de cadre de 3,00 kg en taille M il est facile de se faire un montage léger pour une pratique « souple » où de ne pas dépasser la barre des 15 kilos en se faisant un montage plus engagé pour envoyer du lourd en freeride. Le Transition Covert ravira tout le monde, du randonneur fan de descente au freerider qui veut se permettre de pouvoir pédaler, en passant bien entendu, par l'acharné de courses d'enduro !!

Pour les futurs acquéreurs, pensez bien à protéger les parties de peinture exposé à l'usure avec par exemple de l'autocollant de protection transparent et à mettre quelques protections sur vous-même ^^, car si le vélo aide à se dépasser techniquement, les chances de se mettre par terre deviennent tout de suite plus conséquentes quand on a pris confiance en soi ;).

Toutes les infos de prix, de cotes et de montages chez l'importateur Français de Transition XCYTT que je remercie pour cette excellente saison passée au guidon de ce super bike ici : 

http://www.xcytt.com/


Sur ce, je vous laisse et vous souhaite un bon ride au guidon d'un Transition. Moi je vais rouler, depuis que je roule avec ce cadre, mon addiction au ride est devenue maladive... Gare à votre couple ^^.



Yann BADIER

Rider Transition


photo_6